RESPONSABILITÉ ET ENGAGEMENTS

Depuis plus de 40 ans, nous menons diverses actions afin de réduire notre impact environnemental, économique et social :
Réduction des émissions de gaz à effet de serre de 33% entre 2007 et 2013, élaboration de partenariats avec les communautés traditionnelles brésiliennes, création de recharges, végétalisation de nos formules, utilisation de l’alcool biologique, mise en place d’un tableau environnemental, utilisation de PET recyclé, de PET vert, Programme Carbone Neutre, Programme Amazônia, construction d’un Ecoparc en Amazonie, création d’une gamme partage « Crer Para Ver » dont l’intégralité des bénéfices est reversée à une association qui œuvre contre le décrochage scolaire…
Nous avons pour ambition de générer d’ici à 2020 un impact environnemental, social et économique positifs, pour contribuer encore plus au monde de demain.
Natura a récemment été certifiée B Corporation pour son engagement en faveur du développement durable.

Pour en savoir plus sur la certification B Corp »

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

L’ensemble de cette approche nous a amenés à mettre en place une politique durable qui nous guide dans nos décisions et dans nos actions de tous les jours. Ce sont nos collaborateurs, nos clients, nos fournisseurs et tous nos partenaires, qui nous aident à identifier les thèmes prioritaires en termes de développement durable (les résidus, l’eau, le changement climatique, la sociobiodiversité, l’éducation…)
Par notre façon de travailler et notre manière de voir le monde, nous souhaitons partager cette prise de conscience.

 

Vision du développement durable à 2050

 

Diverses études et expériences montrent que les modèles économiques et culturels actuels ne sont pas respectueux de l'environnement. En même temps, on assiste à un phénomène croissant de sensibilisation et de recherche de solutions pour un avenir plus équilibré et plus juste pour l'humanité. Préoccupés par un tel contexte, nous souhaitons nous lancer dans un nouveau défi majeur : être une entreprise qui a un impact positif.

Nous estimons que notre entreprise doit apporter sa contribution à l'amélioration de l'environnement et de la société. Nous voulons générer un impact économique, social, environnemental et culturel positif. Cela signifie que nous devons aller au-delà de la réduction et de la neutralisation des impacts négatifs liés à notre activité.

Pour atteindre cet objectif, nous avons élaboré un ensemble de lignes directrices, d'ambitions et d'engagements dans notre Vision du développement durable 2050. Pour atteindre l'impact positif, nous avons axé notre vision autour de 3 piliers interdépendants : nos marques et nos produits ; notre réseau ; notre gestion et notre organisation.

NOTRE VISION

Notre vision du développement durable repose sur plusieurs piliers :

Nos marques et nos produits

Nos marques véhiculeront des valeurs fortes et engendreront les comportements nécessaires pour construire un monde plus durable.

- des formules encore plus végétalisées
Notre objectif est de passer de 13,4% à 30% de matière première issue de la région Pan-Amazonie

- Emballages éco-conçus et éco-efficaces
Nous souhaitons passer de 56% à 75% de matériau recyclable dans l’élaboration de nos packs

- Réduire encore d’1/3 notre empreinte carbone
Réduire de 33% nos émissions de CO2 entre 2012 et 2020

- Réduire la production et le rejet de résidus
Mettre en place un système de logistique inversé qui permet de collecter 50% de nos déchets

- Réduire notre empreinte eau
Réduire et neutraliser l'impact de la consommation d'eau

- Réduire notre consommation d’énergie
Accroître l'utilisation des énergies renouvelables

Notre gestion et notre organisation

Le Triple Bottom Line, notre objectif d'entreprise développement durable, sera intégré dans la culture organisationnelle, dans tous les process et nos pratiques.

Modèle de gestion interne
- Organigramme horizontal des équipes
- Le Développement Durable sera intégré dans tous nos process et dans notre mode de gestion

Gouvernement et société
- Être agent de transformation sociale pour le bien public et l'intérêt commun
- Dialoguer avec clarté, sans parti pris et en toute transparence

Relations Publiques
- Constituer un Conseil externe pour évaluer et suivre nos indicateurs

Notre réseau

Contribuer positivement au développement humain de notre réseau de relations et favoriser l'esprit d'entreprise

Les Conseillers(ères) Natura
- Augmenter leur revenu réel moyen
- Susciter leur intérêt pour l'apprentissage continu
- Les mobiliser davantage autour de la cause pour l'éducation

Les consommateurs
- Les inciter à la consommation responsable
- Les éduquer au Développement Durable

Les collaborateurs
- Être engagés dans le développement durable
- Devenir des agents de transformation
- Passer de 23% à 50% d’effectif féminin à des postes de directions
- Augmenter de 4,3% à 8% de travailleurs handicapés

Les fournisseurs
- Élaborer un programme de traçabilité qui garantit l'origine des matières premières

Les communautés
- Promouvoir le développement humain et l’évaluer
- Ouvrir le dialogue et collaborer encore plus avec eux

 

Carte des communautés

Natura Brasil a mis en place un «Programme pour la certification de fournisseurs de produits forestiers», afin d’être sûre que les ingrédients issus de la flore brésilienne soient cultivés et récoltés dans le respect de l’environnement, et d’une manière «socialement responsable», Ce programme régit nos relations avec la plupart des régions et des 36 communautés avec lesquelles nous travaillons.

Close
  • Aprocam

    À l’origine, la Priprioca était plantée par les indiens de l’Amazonie et une fois râpée, elle était utilisée comme remède ou parfum pour le bain. Si son utilisation médicinale a disparu avec le temps, la Priprioca a gardé sa renommée pour son parfum peu commun. Son apparence banale cache, dans ses racines, une senteur rare, à la fois fraîche, boisée et piquante.Pour obtenir la quantité de Priprioca dont elle avait besoin, Natura a établi un partenariat avec la communauté d’agriculteurs de l’ile de Cotijuba et les a incités à changer leur méthode de culture : ne pas abattre d’arbres ni brûler la forêt et utiliser des engrais organiques. 

  • Iratapuru

    Chaque année en mars, les hommes de la communauté São Francisco do rio Iratapuru au sud de l’état d’Amapá, remontent le fleuve Iratapuru jusqu’à sa Réserve de Développement Durable où l’on trouve les castanheiras. Là, pendant 3 mois, ils ramassent une partie des fruits tombés au sol (70%), le reste étant laissé sur place pour nourrir les animaux et permettre à la forêt de se régénérer. Cette gestion durable de la forêt est certifiée par le FSC (Forest Stewardship Council). Les capsules sont alors cassées sur place et les castanhas récupérées sont lavées et triées dans le fleuve : celles qui flottent sont écartées, les autres sont rapportées dans la communauté et confiées aux femmes qui prennent la relève. Les castanhas sont extraites de leur bogue, puis râpées. En mélangeant les copeaux obtenus à de l’eau, les femmes obtiennent une pâte blanche qu’elles travaillent à la main pendant plusieurs heures pour obtenir un lait très blanc.

  • Médio Juruá

    Grand arbre typique d’Amazonie, l’andirobeira possède de nombreuses propriétés médicinales réputées, dont la connaissance traditionnelle nous a été transmise par la communauté CODAEMJ (Coopérative de Développement Agro-Extractiviste et d’Énergie de Médio Juruá). Cet arbre est, par ses bienfaits thérapeutiques, l’ami des habitants de la forêt. Il pousse en bord de rivières, et quand l’arbre fructifie, les graines tombent sur les berges où elles sont récoltées par les agriculteurs selon une méthode permettant une gestion durable de la forêt (sans couper les arbres). Ainsi, 253 000 hectares de forêt sont préservés. L’andiroba utilisé par Natura provient notamment de la Réserve Extractiviste du Médio Juruá (RESEX) et de la Réserve de Développement Durable UA CARI. Les graines sont ensuite triées et apportées à la communauté où est extraite l’huile. De nombreuses autres communautés nous fournissent également de l’huile d’andiroba (Asproc, Amaru, Cofruta et Igarapé Miri).

  • Cabruca

    La récolte du cacau par la communauté CABRUCA (Coopérative des Producteurs Biologiques du Sud de Bahia) a généralement lieu entre septembre et novembre. Dans leurs plantations, les cultivateurs de cacau recueillent les fruits à l’aide d’un émondoir. Ils récupèrent ceux qui sont tombés au sol et amassent toute la récolte au milieu de la forêt, en petits monticules signalés par des drapeaux. À même le site de la cueillette, les fruits sont fendus, laissant échapper leurs graines et la pulpe. Sans engrais, ni pesticide, le cacau récolté est ainsi biologique. De cette pulpe, on obtient un jus particulièrement sucré et aromatique qui désaltère et rafraîchit.

  • Ervateira Putinguense

    La propriété familiale ERVATEIRA PUTINGUENSE du Rio Grande do Sul. Cultivant le mate verde, en parfaite harmonie avec les araucárias, arbres de la région, la propriété a reçu la certification FSC. Les araucárias, autrefois coupés pour leur bois sont aujourd’hui préservés car ils procurent au mate verde, l’ombre indispensable à sa bonne croissance ainsi qu’un engrais naturel lorsqu’ils tombent à terre.

  • Reca

    La communauté du RECA (Reflorestamento Econômico Consorciado Adensado) se situe dans le district de Nova Califórnia, près la ville de Porto Velho, dans l’état brésilien de Rondônia. Le RECA est composée de 374 familles qui fournissent à Natura la pulpe d’açaí, le beurre de cupuaçu et l’huile de castanha. De ses relations avec la communauté RECA, Natura espère ces améliorations et impacts :Renforcement de la production familiale en milieu rural dans ces 3 aspects, technologie, management et organisation sociale ; Stimulation de l'économie locale en créant des emplois et des revenus Diminution de l'exode rural, en renforçant la culture sociale et la productivité dans les zones rurales ; Renforcement de l’activité agro-extractiviste par rapport à sa capacité d’ajouter de la valeur à ses produits agricoles et forestiers.

  • Coaprocor et Camta

    Le maracujá est cultivé par les communautés CAMTA dans l’état Amazônia et COAPROCOR dans l’état du Paraná. Les plantations sont respectueuses de l’environnement : en plus du maracujá, les producteurs plantent d’autres espèces de fruits ainsi qu’une couverture végétale qui remplace l’utilisation d’engrais chimiques. Ainsi, les plantations préservent la forêt. Une fois mûrs, les fruits sont, pour une partie, utilisés pour être vendus sur les foires et les marchés locaux, pour le reste, destinés à l’industrie du jus de fruit. Les graines, résidus de la production du jus qui n’utilise que la pulpe, sont ensuite récupérées par les communautés, lavées et séchées.

  • turvo

    La communauté TURVO produit pour Natura l’huile essentielle de pitanga. Cette coopérative travaille selon un système « agro-forestier », c’est-à-dire, que la pitangueira est plantée au milieu de la forêt primaire d’araucárias (conifères), participant à la reforestation des régions dégradées. Seulement 50% des feuilles sont récoltées afin de ne pas blesser l'arbre, puis 60 jours après, les autres feuilles. Des feuilles, on extrait l'huile essentielle de pitanga utilisée par Natura.

  • Palmeira do Piaui

    La communauté de PALMEIRA DO PIAUÍ située au Sud de l’état du Piauí, a transmis à Natura ses connaissances traditionnelles associées au buriti qui ont inspiré les produits de la ligne Ekos Buriti. Les fruits sont extraits de façon durable d’Igarapé Miri en Amazonie et de la région de Palmeira do Piauí. Ils sont cueillis et collectés par les femmes dans des paniers puis transportés par les hommes dans les jardins des maisons.

A propos de Natura Brasil

N°1 des cosmétiques au Brésil*, Natura Brasil compte près de 7000 salariés dans les sept pays où elle est implantée, à savoir le Brésil, l’Argentine, le Chili, le Mexique, le Pérou, la Colombie et la France.

Le Développement Durable guide nos actions depuis 1969.

Actuellement plus d’1 400 000 Conseillers(ères), dont près d’1 250 000 au Brésil et près de 250 000 dans le reste du monde, véhiculent les valeurs de l’entreprise auprès de leurs consommateurs.

*source Euromonitor